Loading...
 

Projet 2.2 – Réduire l’impact des engins de pêche mobiles sur le fond marin

Le projet de recherche s’intéresse à des questions relatives à l’incidence écologique des engins de pêche mobiles. Il touche essentiellement aux pêches, aux régions, aux flottilles et aux types d’engins qui sont associés aux industries des pêches de la côte est et de la côte ouest du Canada. Le domaine de recherche 1 portera sur la conception et l’évaluation de différentes innovations techniques susceptibles de réduire l’aire de contact ou le stress mécanique exercé sur le fond marin par les chaluts de fond et les dragues. L’approche utilisée combinera des modèles mathématiques, des essais d’engins en bassin à canal d’eau circulante (flume tank) et des essais de pêche comparatifs en mer. En ce qui concerne le domaine de recherche 2, le travail consistera à élaborer un modèle de qualité de l’habitat en cartographiant les animaux de fond ainsi que les paramètres environnementaux dans le nord du golfe du Saint-Laurent. À l’intérieur du domaine de recherche 3, on élaborera une méthode et un logiciel permettant d’attribuer à des zones données les pertes économiques attendues à la suite de décisions d’ouverture ou de fermeture des pêches. L’outil sera appliqué aux pêches côtières de la Colombie-Britannique pour l’analyse de décisions touchant une pêche en particulier ou plusieurs pêches.


Les résultats attendus du projet sont notamment :

 

  1. Une série d’échanges de connaissances entre les établissements et les secteurs;
  2. Une augmentation des capacités de conception et d’évaluation d’engins de pêche innovateurs;
  3. Une collaboration entre les universités et le MPO en ce qui concerne les outils de cartographie de l’effort de pêche et des habitats;
  4. De nouvelles visualisations tridimensionnelles pour mesurer la biodiversité et l’intensité de l’effort de pêche d’espèces de fond;
  5. L’identification de possibles points chauds de biodiversité sur le fond marin qui pourraient être utilisés pour la gestion et l’écocertification;
  6. Des outils d’aide à la décision capables d’évaluer les compromis entre des solutions de gestion spatiale et la valeur économique de la pêche.

 

Coordonnées du chef de projet

Paul Winger
Memorial University of Newfoundland
Paul.Winger@mi.mun.ca

 

Équipe de projet

  • Alain Fréchet - Pêches et Océans Canada, Institut Maurice-Lamontagne
  • Antoine Rivierre - Merinov, Centre d’innovation de l’aquaculture et des pêches du Québec
  • Ashleen Benson - Boursière postdoctorale, Simon Fraser University (depuis 2011)
  • Charlotte Moritz - Boursière postdoctorale, Université du Québec à Rimouski (depuis 2011)
  • Chris Acheson - Canadian Sablefish Association
  • Christina Burridge - British Columbia Seafood Alliance
  • Daniel Landry - Association des pêcheurs professionnels membres d’équipage (APPME)
  • David Orr - Pêches et Océans Canada, Centre des pêches de l’Atlantique nord-ouest
  • Harvey Jarvis - Fish, Food and Allied Workers (FFAW)
  • Jean-Claude Brêthes - Université du Québec à Rimouski
  • Jean-Pierre Couillard - Association des capitaines propriétaires de la Gaspésie (ACPG)
  • Jean Lanteigne - Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels (FRAPP)
  • Jim Boutillier - Pêches et Océans Canada, Station biologique du Pacifique
  • Keith Sullivan - Fish, Food and Allied Workers
  • Kent Gilkinson - Pêches et Océans Canada, Centre des pêches de l’Atlantique nord-ouest
  • Lyne Morissette - Université du Québec à Rimouski
  • Philippe Archambault - Université du Québec à Rimouski
  • Ren Genge - Fish, Food and Allied Workers
  • Sean Cox - Simon Fraser University
  • Serge Langelier - Agence Mamu Innu Kaikusseht (AMIK)
  • Truong Nguyen - Étudiant diplômé, Memorial University of Newfoundland (depuis 2011)